Logo LPBLC 1

DIAPHANE MONOCHROME RVB 01

Les résidences-missions 2017-2018

En parallèle de leurs interventions en atelier pour La photo bat la campagne, les photographes Morgane Britscher et Margaret Dearing sont en résidence de création chez Diaphane sur une période de six mois.

Le projet des ateliers de pratique photographique invite les participants à porter un regard sur leur quotidien et leur environnement proche (école, village, campagne) à travers l’objectif et la réalisation de photographies. Ces ateliers de durée variable ont un premier contact avec cet art des images, mais il permettent aussi au public de se familiariser à la compréhension des images et au sens qu’elles véhiculent.

Deux photographes

De janvier 2018 à juin 2018, Morgane Britscher et Margaret Dearing sont en résidence-mission, elles  se répartissent l’ensemble des ateliers et développent un projet artistique personnel en rapport avec le territoire du Clermontois. Elles disposent d’un espace d’hébergement mis à disposition par la ville de Clermont.

 


Ma recherche s’entremêle d’images de lieux et du lien que je tisse avec le territoire.
Je pense que les lieux sont nos fondations, influencent nos choix et nos pensées, nous permettent de nous construire et nous marquent à jamais.
Mon travail questionne mon histoire mais plus largement celle de tout à chacun, nous sommes tous marqués par des lieux, ceux d’une enfance, d’une vie ou d’un instant.
Que nous en reste-t-il ? Comment pouvons-nous les transmettre?

J’aime mêler images et mots, j’imagine cette résidence comme un moment d’échange entre le territoire, les habitants et moi.
Je cherche à mettre en lumière de manière sensible un territoire et ceux qui l’usent et en font l’expérience, enrichir ma recherche de lieux et de rencontres.

Les paysages doivent se découvrir, se raconter, se contempler...
Je souhaite arpenter ce territoire, à la recherche, de points de vue, de lumière, de paysage, je souhaite le vivre au travers des différentes saisons, mes images seront le reflet de mon passage dans ces lieux.J’envisage également la résidence dans la continuité de mes recherches, amener tout un chacun à regarder puis enfin à voir leurs paysages.
Faire échos à une partie de soi qui constitue, au travers des lieux, qui nous sommes.
Ces territoires, enfouis en nous, façonnent notre manière de vivre et influent notre encrage à de nouveaux paysages.
Sur un territoire commun, comme celui du pays du Clermontois, ces habitants se nourrissent des paysages et le nourrissent en retour de qui ils sont et des lieux passés qui les ont marqués.

Nos territoires intimes deviennent les pointillés d’une construction commune.

Morgane Britscher


Mes ensembles photographiques se construisent à partir de l’expérience subjective de territoires urbains, périurbains, naturels, transfrontaliers... Je m’intéresse à la façon dont sont aménagés les espaces qui les constituent, aux relations formelles et temporelles entre lieux construits et naturels, à la difficulté de l’homme à y habiter. 

Le regard que je porte sur les lieux photographiés cherche à éluder, par le choix de cadrages précis, toute indication géographique précise relative aux lieux représentés : ils paraissant alors souvent déjà-vu, familiers. Si je choisis de ne pas être dans un rapport frontalement documentaire aux lieux représentés, de ne pas les nommer, c’est pour suggérer, au delà de ce qui est photographié, un environnement, un territoire plus vaste. Me nourrissant de références cinématographiques, les questions de narration, d’associations entre les images sont centrales dans l’organisation de mes ensembles. Il est souvent question de séparer les images pour susciter une re-liaison, de créer des confrontations, de laisser des vides entre les images : informations manquantes tels des photogrammes qui auraient été retirés d’un film au moment du montage.  

Pour ce projet de résidence « la photo bat la campagne » avec Diaphane, je partirais de l’expérience des autres pour appréhender un territoire rural. Je m’intéresserais à la façon dont des adolescents habitent différents types de lieux dans le Pays du Clermontois au gré de leurs activités quotidiennes. Ceci, afin de suggérer différentes facettes d’une identité en devenir, se révélant de plusieurs manières selon le lieu. 

Les ateliers destinés aux différents publics scolaires amorceront une reflexion sur la représentation de soi, sur la relation à différents types et échelles de territoires, définis en fonction de l’age, des préoccupations des participants et du contexte. 

Margaret Dearing


diaphane.org